Actualités

Témoignage

Stéphanie Lebon, ambassadrice du bec depuis presque 10 ans

En ce mois de mars, le bec est heureux de présenter son entrevue avec Stéphanie Lebon. Ambassadrice depuis presque 10 ans, elle nous explique qu’est ce qui l’anime dans la cause et comment elle s’y implique depuis tant d’années.

bec: Allô, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots?

Stéphanie : Mon nom c’est Stéphanie Lebon, je travaille chez Havas Montréal et je suis chef de marque.

bec: Comment est-ce que tu as connu le BEC?

Stéphanie : Le bec et moi c’est une longue histoire. Dans le fond, je travaillais à Radio-Canada, il y a de ça quasiment 8 ans… ou 10 ans? (rires) Je vous ai rencontré dans un cocktail de réseautage. Il y avait une personne du bec, on a jasé et j’ai trouvé ça super intéressant. C’est comme ça que je suis rentrée comme ambassadeur du bec.

bec:  Pourquoi as-tu senti le besoin de t’impliquer?

Stéphanie : Je trouve qu’on est une super belle industrie, mais avec beaucoup de ups and downs, qui peut être très difficile sur la vie personnelle d’une personne. On n’a pas de filet de sécurité : on a un métier qui est super exigeant dans lequel entre nous on se donne beaucoup de tapes dans le dos, mais quand on sort de notre petit milieu, des fois on peut se sentir petit. Je trouvais que le bec amenait ce réconfort-là, cette aide, cette écoute-là aux professionnels des communications et du marketing.

bec:  Quelle est ta façon de t’impliquer pour le bec actuellement?

Stéphanie : Moi je me suis impliquée de toute sorte de façon : à travers des comités d’évènements, juste aussi en relayant l’information, en étant un ambassadeur dans son milieu. Je pense que ça passe beaucoup par ça. Des gens qui me parlaient qu’ils voulaient faire quelque chose, qui voulaient s’impliquer, qui voulaient développer de l’expérience dans XY choses, je les ramenais toujours au bec. C’est toujours ma cause, où j’essaie de rallier des gens, c’est comme ça, je pense, que je suis une bonne ambassadeur.

bec:  C’est quoi pour toi être bénévole?

Stéphanie : C’est donner de son temps pour une cause qui nous tient à cœur, c’est pas mal juste ça. On sait que tout le monde est occupé, quand les gens nous donnent de leur temps, c’est aussi précieux que leur argent. Donc pour moi c’est ça être un bénévole.

bec:  As-tu une belle anecdote à nous raconter?

Stéphanie : J’ai rencontré tellement des gens extraordinaires à travers le bec, je pense que c’est ça que je garde le plus. Ce n’est pas vraiment une anecdote mais j’ai forgé des amitiés, j’ai rencontré des professionnels exceptionnels qui aujourd’hui font partie de mon réseau. Et puis j’aime la façon qu’on s’est rencontré. On s’est rencontré et on s’est tout de suite aimé parce qu’on avait des valeurs communes. Je trouve ça super riche.

bec: Ton évènement préféré dans tous les beaux évènements que l’on fait?

Stéphanie : Le Bal en Noir. C’est incontournable, c’est la grande messe du bec : j’adore cet évènement-là. C’est festif, en même temps c’est chic. On est une industrie de jeans et t-shirts, des fois ça fait du bien de se mettre chic. C’est le fun comme évènement, c’est juste festif!

bec:  Une édition préférée ?

Stéphanie : Oh… Difficile à dire! Je pense que c’est la première édition parce qu’on ne s’attendait pas à ce que ça marche (rires). C’est un beau succès et un beau souvenir! C’est pas mal ça qui a parti toute la vague, donc oui le premier évènement.

bec :  Pourquoi crois-tu que le BEC fait une différence dans notre industrie ?

Stéphanie :  Je pense que le bec walk the talk. C’est un des organismes qui va être le plus personnellement proche des gens. On sait que parler de maladie mentale, parler de problèmes financiers, ce sont des questions qui sont tellement épineuses, tellement personnelles, tellement taboues… Le bec vient vraiment supporter les gens là-dedans, et leur offrir de l’aide sans jugement. Et puis ça c’est une grande richesse.

bec :  Est-ce que tu connais, sans les nommer, des gens qui ont eu recours aux services du bec?

Stéphanie : Absolument. Il y a tellement de gens que je connais dans mon entourage qui ont appelé le bec, qui ont eu de l’aide financière, de l’aide psychologique, de l’aide en orientation aussi, toute sorte d’aide… C’est sûr que moi je suis le genre de personne qui recommande souvent aux gens de passer par le bec. Au moins pour commencer à régler leurs problèmes. Le bec va être un bon orienteur, va donner les bons outils, les bonnes questions de démarrage. Après, les gens vont souvent faire le travail eux-mêmes, mais au moins il y a eu une oreille qui les a écoutés, qui était attentive et qui était aussi, j’ai le goût de dire… sans parti pris.

bec : Si tu pouvais nommer le prochain ambassadeur à passer devant notre caméra, ce serait qui?

Stéphanie: J’ai le goût de nommer des gens de la vieille école, comme moi. Je vais nommer Farnel Fleurant. Voilà!

Par BEC Tags: 2018, ambassadeur, témoignage