Actualités

Témoignage

Entrevue: David Trépanier, fondateur du volleybec

Les entrevues du bec sont de retour! En cette fin de mois d’octobre, nous nous sommes assis avec David Trépanier, fondateur du volleybec. Il s’implique dans l’organisme depuis plus de 10 ans et préside le comité volleybec depuis ses débuts. Son rire et sa bonne humeur sont contagieux, bonne lecture!

David TrépanierDavid: Bonjour!

bec: Allô! Peux-tu te présenter en quelques mots?

David: Oui, moi c’est David Trépanier. Ça fait plus de 20 ans que je suis dans l’industrie des médias, presque 10 ans que je suis dans le comité des ambassadeurs du bec et deux ans maintenant que je suis sur le comité de direction.

bec: Comment as-tu connu le bec?

David: Ça fait longtemps! C’est quand Alain Tardy a fait une présentation au prix Média et qu’il a expliqué qu’est ce que ça faisait le bec dans l’industrie et à qui ça venait en aide.

bec: Pourquoi as-tu eu envie de t’impliquer ?

David: C’est que je connaissais pas ça. Et puis avant d’entendre ce speech là, j’étais tombé assez bas, dans le bas-fond. J’ai voulu faire connaître le plus les services dans l’industrie parce que si j’avais su dans ce temps-là…

bec: Comment t’impliques-tu au bec?

David:  Je suis dans le comité de direction, je suis président du comité volleyball et dans tous les évènements je participe et je mets la main à la pâte, c’est pas mal ça.

bec: As-tu une anecdote ou un souvenir qui te fait sourire à partager?

David: Non pas vraiment de spécifique. Peut-être quand ça a commencé le volleyball, c’était vraiment un peu broche à foin (rires). On commençait, on avait 4 terrains mais c’était le début de quelque chose de grand. Ça va faire 10 ans l’année prochaine en 2019, je suis super fier de ça.

bec: Quel est ton évènement préféré au bec?

David: C’est sûr que le volleyball c’est le numéro un, le bal en noir c’est le numéro deux mais dans mon cœur c’est le volleyball qui prend toute la place.

bec: As-tu une édition que tu as préférée?

David: Oui, la première. C’était le fun parce que c’était le début de quelque chose. Il y avait de la démonstration de professionnels, il y avait l’intérieur : j’avais forcé à faire l’équipe intérieure. Tout le monde était déguisé, tout le monde était WOW, c’était vraiment une année exceptionnelle, sur le bord du canal Lachine. Ce sont de beaux souvenirs.

bec: Pourquoi penses-tu que le bec est important dans notre industrie?

David: Il y a de tout : tu peux avoir de l’orientation, de la psychologie, de l’aide financière, de l’aide familiale, y a de tout dans le bec. C’est là pour aider tout le monde, ceux qui ont pas de programme d’aide aux employés, il y en a beaucoup dans l’industrie.

bec: Connais-tu des personnes qui ont eu recours au service du bec?

David: Oui j’en ai référé plusieurs avec le numéro 1-800. Ce n’est pas nécessairement évident, tu n’es pas obligé d’appeler Valérie (ndlr la gestionnaire du bec) tout le temps. Tu peux appeler le 1-800 et il y a tout le temps quelqu’un 24h/24 et 7j/7 qui va répondre à ton appel. Ça c’est vraiment cool.

bec: Nomme le prochain ambassadeur du bec!

David: Ah oui ça je sais (rires)!  Je vais nommer Chantale Taillon, une qui s’implique depuis longtemps avec le bec media.

Vous désirez vous impliquer au bec ou être un ambassadeur de la cause? Écrivez-nous à bec@nabs.org ou inscrivez-vous ici.

Par BEC Tags: 2018, ambassadeur, entrevue