Actualités

Témoignage

Entrevue: Awaleh Godad, fidèle bénévole

En ce mois de juin, le bec est heureux de présenter son entrevue avec Awaleh Godad. Ambassadeur depuis 2017, il nous explique comment la cause lui tient à coeur et pourquoi il s’implique année après année. 

Bec : Salut, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Awaleh : Oui, bien sûr ! Je m’appelle Awaled Godad. Je suis un étudiant en relation publique et également je fais de la rédaction à la pige. Je suis impliqué chez le bec depuis un peu plus d’un an.

Bec : Comment as-tu connu le bec ?

Awaleh : Par le Bal en Noir ! En fait, par l’annonce Facebook. J’ai manqué l’édition 2017 et quand j’ai vu les photos, je suis tombé en amour avec l’évènement et avec la cause. Ça donnait que j’avais de plus en plus de temps à donner pour m’impliquer. Pour moi, c’était aussi un objectif de développement professionnel. Je vous ai donc écrit un courriel et depuis mon implication chez le bec n’a pas cessé. J’ai toujours hâte de contribuer pour la cause.

Bec : Comment t’y impliques-tu ?

Awaleh : Généralement c’est par mandat, c’est selon le calendrier et la demande du bec. Ça peut être par évènement, par conférence ou « behind the scene » c’est-à-dire tout ce qui est logistique pour préparer de grands évènements, comme le Bal en Noir ou les Lions de Cannes. Donner un coup de main, par exemple, dans la stratégie de communication ou sinon de préparer la salle, l’accueil, le service de bar, etc. Simplement des petits gestes qui donnent un coup de main à l’équipe.

Bec : Que dirais-tu aux gens qui hésitent à s’impliquer ?

Awaleh : Il ne faut pas ! Que vous ayez quelques heures à donner après le travail ou dans les fins de semaine, si c’est pour faire de la rédaction. Ça prend juste quelques heures et ça peut vraiment faire la différence.

Bec : Pourquoi le bec est important ?

Awaleh : Il est important par son approche. C’est une approche qui n’a pas de limite, ni de frontière. C’est un numéro de téléphone disponible en tout temps et qui ne discrimine pas si l’agence a ou n’a pas de programme d’aide aux employés. Aussi, la variété de l’aide fournie, que ce soit un coup de main au niveau financier, psychologique ou thérapeutique, ou même juste avoir quelqu’un qui t’écoute. Je trouve que c’est une belle ressource. Une ressource unique pour l’industrie et les professionnels, qui devrait servir de modèle pour les autres industries.

Bec : Si tu pouvais nommer le prochain ambassadeur, ce serait qui ?

Awaleh : (Sourire) Caroline Gélinas !

Si vous aussi vous souhaitez donner de votre temps, vous pouvez nous écrire à bec@nabs.org.

Pour contacter Awaleh Godad

Par BEC Tags: 2019, bénévole, entrevue

Infolettre

Ne manquez rien des nouvelles du bec!