Actualités

Témoignage

Andréa Viens – Ambassadrice au bec

Malgré la distance, le bec souhaite mettre en lumière ses précieux ambassadeurs et ambrassadrices.

Le bec est fier de vous présenter Andréa Viens, coordonnatrice des communications au Conseil canadien pour les réfugiés. Fidèle bénévole à nos évènements, Andréa se porte toujours volontaire pour aider le bec.

Bec:  Allô! Peux-tu te présenter en quelques mots? 

Andréa : Bonjour/hi! Je suis une grande EMO (personne très émotive) – je considère cette sensibilité comme une force! Je travaille actuellement pour le Conseil canadien pour les réfugiés. C’est un organisme pancanadien qui se voue à la défense des droits et à la protection des réfugiés et d’autres migrants vulnérables. Je suis une femme-à-tout-faire pour les communications de l’organisme. Autrement dit, mes tâches sont très variées: je m’occupe du design d’infolettre à la rédaction et diffusion de communiqués de presse, de l’intégration web à la stratégie de contenu, et ainsi de suite!

Bec: Quel est ton parcours professionnel?

Andréa : J’ai fait un BAC en communications à Concordia. Avant de le compléter, j’ai pu entreprendre un stage chez TP1 (qui deviendra Havas un mois plus tard), et donc une fois mes cours terminés, j’ai obtenu un poste permanent en tant que Coordo, stratégie. Je suis restée chez Havas pendant 4 ans et demi, évoluant dans l’équipe de stratégie, puis j’ai quitté il y a environ deux mois pour un nouveau défi au CCR. J’apprécie énormément la réflexion, le problem-solving que nécessite l’élaboration d’une stratégie X. C’est quelque chose que j’avais et que j’aimais en agence, mais que je trouve plus épanouissant en ce moment dans un contexte d’OSBL. 

Bec: Dans tes mots, c’est quoi le bec pour toi?

Andréa : Des gens attentionnés qui donnent de l’amour et de l’aide aux professionnels en communication!

Bec:  Pourquoi donnes-tu de ton temps au bec ?

Andréa : Comme toute industrie, la communication a ses hauts et ses bas, et je trouve ça important d’être là pour les « bas » de mes collègues.

Bec:  Peux-tu nous décrire comment tu t’impliques pour le bec ?

Andréa : J’ai été bénévole pour quelques éditions du Bal en noir et j’ai participé à une séance de brainstorming avec mes collègues stratèges pour aider le bec a collecter des fonds en temps de pandémie. 

Bec: Que dirais-tu aux gens qui hésitent à s’impliquer/à donner? 

Andréa : S’impliquer ne veut pas nécessairement dire donner 436954 heures! Je me suis souvent dit que je n’avais pas le temps, mais ça n’en prend pas beaucoup pour aider! Même principe avec le don d’argent. Et au final, ça en vaut vraiment la peine.

Bec:  Pourquoi crois-tu que le bec fait une différence dans notre industrie? 

Andréa : Parce que le bec c’est for us by us. Vous connaissez l’industrie et les particularités qui la rendent pas toujours facile à gérer en tant qu’employé ou patron. Ça vous permet de répondre aux inquiétudes, aux questionnements, aux problèmes de façon tangible et efficace.  

Bec:  Si tu pouvais nommer le prochain ambassadeur, ce serait qui?

Andréa : Laetitia Prido !

Questions Flash

Bec: Spaghetti bolognaise ou carbonara ?

Andréa : Je suis végétarienne! Alors je vais dire spaghetti olio e aglio (pitch-moi des tomates là-dedans et du basilic frais et on est en business)

Bec: Agence ou entreprise ?

Andréa : La taille de mon échantillon n’est pas suffisante pour faire une évaluation adéquate pour le moment (on s’en reparle dans quelques années!)

Bec: Oiseau de nuit ou de jour ?

Andréa : De jour. Plus spécifiquement, de 8h-14h.

Bec: Gâteau au chocolat ou sac de chips? 

Andréa : Gâteau!

Bec: Voyage tout inclus ou backpack?

Andréa : Backpack fancy 

Bec: 9@5 ou horaire flexible?

Andréa : Horaire flexible

Bec: Bal en noir ou volleyball?

Andréa : Les soirées me manquent fullllll alors Bal en noir!

Par BEC Tags: 2020, ambassadeur

Infolettre

Ne manquez rien des nouvelles du bec!