Actualités

Témoignage

Alexandra Nolot – Ambassadrice du bec

 Malgré la distanciation, le bec souhaite mettre en lumière les ambassadeurs du bec!

Le bec est fier de vous présenter Alexandra Nolot, directrice artistique à la Maison W de Montréal. Alexandra est la magicienne de nos communications visuelles, elle déborde de talent et de créativité. Peu importe la situation, elle est toujours disponible pour nous aider!  Apprenez comment Alexandra relie son travail de designer graphique à ses valeurs éthiques et environnementales!

Nous avons demandé à Alexandra une photo de son bureau en confinement et ses meilleurs conseils pour mieux traverser la nouvelle réalité de télé-travail :

  1. Garder une routine dans ce qui est possible : le moment du café le matin (ne pas directement jump in sur les courriels), la séance de sport quotidienne, la pause déjeuner. 
  2. Faire la paix avec le reste du rythme! Le 9@5 en télétravail cela fonctionne encore moins, et c’est correct! On rattrape ce temps dans des moments de meilleure concentration en soirée ou en début de matinée par exemple.
  3. Davantage profiter de l’extérieur, juste un 5 minutes : un bout de balcon, la proximité d’un parc, on sort pour juste respirer et offrir un break au cerveau.
  4. Re-décorer ou ré-agencer l’espace. Bouger le bureau, ajouter une plante, se rapprocher d’une fenêtre….Pour se donner un nouveau regard sur les choses.
  5. S’offrir des plaisirs gustatifs (une petite chocolatine) ou sensoriels (une bougie en fin de journée) pour ne pas finir par voir son espace comme son seul « bureau » mais garder au contraire le plaisir de se retrouver le soir dans son chez-soi, même si on a pas physiquement bougé tant que ça. Puis les petits plaisirs, ça aide à garder le moral 😉

Bureau de travail

 

 

 

 

 

 

Bec : Allô! Peux-tu te présenter en quelques mots?

Alexandra : Je suis designer et directrice artistique dans le domaine du graphisme. J’ai un intérêt pour la pratique dans sa globalité et je suis ancrée dans une réflexion de consommation durable d’un point de vue personnel.  Je crois au pouvoir du design comme outil facilitateur dans nos vies et en ce sens j’aimerais voir la pratique se vulgariser davantage.

Bec : Quel est ton parcours professionnel?

Alexandra : J’ai suivi en France une maîtrise en design graphique dont j’ai orienté le mémoire vers l’accessibilité culturelle pour le public sourd locuteur de la LSF (Langue des signes française). Cette expérience très enrichissante m’a amenée à découvrir une nouvelle culture, à apprendre une langue visuelle, animer des ateliers de sensibilisation et développer des projets collaboratifs dans l’environnement muséal en tant que consultante.

Je me suis par la suite installée à Montréal, pour travailler au sein du studio de design Jarre dont la mission était de repenser les objets et le mobilier de la cuisine moderne pour lutter contre le gaspillage alimentaire, un fléau majeur de la consommation au Québec. J’ai rencontré lors de cette expérience des entrepreneurs, designers et architectes avec lesquels j’ai continué de travailler à la pige de retour en France. Quelques mois plus tard, j’ai reposé mes valises au Québec et travaille depuis à La Maison W, le studio de design d’Havas Montréal, dans lequel j’évolue depuis deux ans et demi.

Bec : Dans tes mots, c’est quoi le bec pour toi?

Alexandra : Une oreille professionnelle et attentive, disponible dès que besoin. Une équipe qui œuvre à rendre meilleur le quotidien et nous supporte au travers des embuches que l’on peut rencontrer.

Bec : Pourquoi donnes-tu de ton temps au bec ?

Alexandra : Je m’estime très chanceuse d’avoir ce filet de sécurité, alors je contribue à ce qu’il perdure.

Bec : Peux-tu nous décrire comment tu t’impliques pour le bec? 

Alexandra : Je me rend utile principalement avec leurs communications. J’ai créé les visuels du Volleybec 2019, quelques posts pour les séries de conférence on Jase, des visuels pour communiquer plus efficacement leurs missions et résultats. Je leur ai aussi proposé de mettre à profit mon intérêt pour les soins naturels en vendant des produits handmade sur la Bec Boutique.

Bec : Que dirais-tu aux gens qui hésite à s’impliquer?

Alexandra : Toute aide est utile. Peu importe notre profil, on peut s’impliquer de multiples façons. Ponctuellement avec quelques heures le temps d’une soirée, financièrement par des dons, ou encore dans le cadre d’un projet spécifique en offrant son expertise… et puis l’équipe du bec est ouverte aux bonnes idées et aux collaborations.

Bec : Pourquoi crois-tu que le bec fait une différence dans notre industrie?

Alexandra : La communication c’est une industrie dans laquelle l’on est constamment sous pression. Même si l’on bénéficie d’un cadre agréable et privilégié, tout va toujours vite, tout est compétition. Ce sont des défis à chaque jour, des tensions, la nécessité de toujours proposer mieux, plus créatif, plus rapide, plus innovant pour rester en course.  

Savoir que le bec aide à gérer les débordements, dans ces moments où l’on est moins « étanche » au rythme et à la pression, c’est pour moi son intérêt principal. L’étendue de ses services au domaine personnel fait aussi une belle différence, parce que les chamboulements familiaux percutent aussi possiblement de manière négative la vie professionnelle au quotidien.

 Bec : Si tu pouvais nommer le prochain ambassadeur, ce serait qui? 

Alexandra : Je dirais Luc Brissette, D.A chez Cossette 


Questions Flash

Spaghetti bolognaise ou carbonnara ? Bolognaise, mais version végé!

Agence ou entreprise? Les deux ont de beaux défis à offrir. L’entreprise seulement si le produit ou service est enligné avec mes valeurs et choix personnels. Avec le temps j’ai réalisé que je ne pourrais pas créer et promouvoir tous les jours une chose qui ne fait aucun sens pour moi.

Oiseau de nuit ou de jour? De jour. J’adore les matins, c’est plein de possibilités!

Gâteau au chocolat ou sac de chips? Bec sucré 

Voyage tout inclus ou backpack? Sans être 100% dans le mood ‘aventure’, le backpack pour la flexibilité que cela offre. J’aime la vanlife, bon compromis entre les deux.

9@5 ou horaire flexible? Horaire flexible, je ne crois pas au 9@5 pour les métiers créatifs.

Bal en noir ou volleyball? Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire un bal en noir, ce sera pour 2021!

Par BEC Tags: ambassadrice

Infolettre

Ne manquez rien des nouvelles du bec!